Polycultures pour la maison

Les beaux jours arrivent, et nous avons maintenant le temps et la disponibilité d’esprit pour produire une partie de la nourriture que nous voulons manger.

Nous avons commencé par construire un poulailler, et installer une clôture, car les poules étaient la avant notre arrivée, et leur présence met toujours en péril les plantations (Nos premières buttes, réalisées l’année dernière, avait été saccagées)

Huit poules et un coq occupent cet espace.

Création du jardin du bas :

Sur l’ancien emplacement du poulailler, bien décapé par le travail des poules, nous avons réalisé a la grelinette plusieurs buttes, en décompactant le sol et en ajoutant dessus de la terre végétale, et du foin. Un petit carré de terre a été semé avec du blé, pour voir, d’autres ont reçu des pommes de terre. Les herbes sont revenues envahir les allées, pendant que nous étions occupés ailleurs!

Un petit champ de maïs

Un voisin est venu avec son tracteur et ses outils nous préparer une petite bande de terre, que nous allons planter avec du maïs de consommation, mais aussi avec des haricots, et des courges, le tout mélangés ensemble, comme cela se fait traditionnellement. Pour l’instant, nous déposons sur cette petite parcelle du broyat de branche composté, brouette après brouette. un passage a la herse va homogénéiser la surface cultivable, qui sera protégée par du paillis.

Des buttes plus complexe en haut :

A coté de la Tiny House, l’exposition au soleil est optimale, mais le sol est dur, et contient des remblais. Pour améliorer le sol, nous avons pris exemple sur les buttes réalisées en permaculture, en enfouissant du bois pourri, des éléments organiques, afin de recréer un sol fertile sur le long terme. Les avantages sont nombreux : l’humidité se conserve dans le sol, ce qui permet de limiter les arrosages au minimum. Plus besoins de retourner la terre, avant plusieurs années. Une décomposition lente qui fournit de la chaleur aux racine, et des éléments nutritifs. C’est aussi un bon réservoir de biodiversité végétale et animale. Par contre coté négatif, la mise en place de ce type de butte nécessite beaucoup de travail : creuser, collecter les matériaux, les rapprocher du le lieu d’implantation, les installer en couches successives, tout cela demande du temps et pas mal d’effort physiques !

Un mois après, de nombreux plants sont déjà installés :

La nuit, nous les protégeons du froid avec des bâches. Les arceaux sont en bambous refendus, ou en rejets de noisetier.

Un petit champs est en cours d’installation sur la pente en contrebas. La terre argileuse a été décompactée mais pas retournée, et il y a une couche de quinze centimètres de broyat étalé dessus. Ce qui représente pas mal de brouettes, l’endroit étant inaccessible avec le tracteur ! Du tournesol et du maïs sera bientôt planté, plein sud, et en plus, à l’abri du vent.

Un petit morceau de cornière a été soudé sur la pelle : finit la semelle qui ploie sur le tranchant de la pelle ! Il y a maintenant un appui large qui permet de forcer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *